mercredi 25 janvier 2017

L’autre terrorisme qui s’annonce !

Comme très bien expliqué sur ce site spécialiste de l’extrême-gauche ICI, les débats ont fait rage dans l’extrême-gauche de Belgique francophone suite au flop de leur manifestation anti APF/NATION du 17 décembre dernier.

Cette analyse est confirmée par la publication d’un texte sur le très gauchisant site d’information « Indymedia ». On peut en effet y lire : « Nombreuses ont été les discussions dans notre entourage au sujet de cette manifestation (…). D’autres discussions, tout aussi nombreuses sur les stratégies qui ont été adoptées, sur ce qui s’est passé sur le terrain et finalement sur ce qu’on pourrait faire pour améliorer les actions. »[1]

Mais ce texte, même s’il est long et parfois pénible à lire, est aussi intéressant à un autre titre. Intéressant et inquiétant.
En effet, il semble annoncer un tournant de ces milieux anarcho-marxistes vers le terrorisme. On y écrit en effet les choses suivantes : « Nous sommes à ce titre convaincu.e.s qu’il est plus que temps de passer à d’autres modes d’action (…)­ – à quand les flics s’amuseront à danser au milieu des molotovs comme en Grèce ? » ou encore « Revenir aux méthodes de sabotage nous semble un premier pas important à réaliser, un sabotage réfléchi, basé sur une analyse des besoins du système et de l’interdépendance qui est à la fois sa grande force et sa grande faiblesse. Détruire les réseaux en leurs points névralgiques par exemple… »

Ceci ne serait pas une première puisque depuis quelques années, une certaine extrême-gauche anarchisante mène des actions violentes (même si « de basse intensité ») contre nombre d’entreprises et d’institutions. Plusieurs personnes proches d’une librairie « anar » du centre de Bruxelles sont d’ailleurs actuellement poursuivies pour ces faits.

Mais et il s’agit d’une première depuis le groupe terroriste « Cellules Communistes Combattantes » qui a sévi dans les années 80, le texte d’Indymedia indique que des personnes aussi, pourraient être visées dans l’avenir : « Il est temps de rappeler que l’impunité n’est pas admissible, qu’il n’y a pas de distinction entre la policière en armure et l’individu qui rentre paisiblement au soir à son foyer (…)Laissons de côté ces mensonges de curé, et acceptons les faits : tout être jouant dans le système est responsable de ses actes (…) Nous avons le droit de répondre à ces individus, qui emploient de multiple formes de violence, afin de leur rappeler qu’ils auront toujours à répondre de leurs actes. »
Bientôt, la démocratie à coups de flingues… ?[2]

En tous les cas, si un drame se produit, les autorités ne pourront pas dire qu’elles ne savaient pas. Et personne ne pourra dire que NATION n’avait pas prévenu de la dangerosité de ces groupes gauchistes.

[1] Les discussions semblent tellement vives qu’une assemblée générale sera organisée début février pour qu’ils s’entendent enfin sur la suite à donner à leur « campagne » contre les locaux de l’APF à Bruxelles

[2] Ainsi dans un autre post sur Indymedia, des militants gauchistes écrivent : « En faisant ça (NDLR : mettre le feu à une voiture d’eurocrate), on a aussi pensé à l’appel formulé par des compagnons grecs, sous le nom de projet Nemesys, pour s’attaquer directement à des individus, et non pas uniquement à des bâtiments/institutions. On aimerait leurs dire que cet appel résonne pour nous, et que nous partageons leurs envies »
Graffiti « humaniste et démocrate » visant notre camarade      Hervé Van Laethem

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire